MOBILITES

EN FINIR AVEC LE "TOUT VOITURE"
(nous sommes en 2020)

A Vannes, les voitures et les bouchons sont particulièrement envahissants, improductifs, polluants et parfois dangereux. Une vision d’ensemble est urgente pour sortir du « tout voiture », pour se déplacer mieux, moins cher, et plus propre. C’est une urgence sociale et climatique non négociable.

1-ELABORER UN PLAN DE MOBILITE AMBITIEUX

Un plan d’ensemble, toujours inexistant en 2020 est indispensable pour la ville et l’agglomération en identifiant clairement dés à présent :

  • LES PARKINGS RELAIS PÉRIPHÉRIQUES puis les VOIES BUS & VÉLOS
  • LES ZONES DE RENCONTRES à faible vitesse
  • LES ZONES PIÉTONNES CENTRALES et leurs PARKINGS DE PROXIMITÉ

 

2 - DEVELOPPER UN MAILLAGE VÉLO CONTINU ET SÉCURISE

Vannes est une ville dangereuse pour les vélos (ronds-points, boulevards, ponts et carrefours non aménagés). Le plan d’ensemble doit proposer un maillage continu et sécurisé dans la ville et vers les communes voisines incluant selon les secteurs :

  • LES PISTES CYCLABLES
  • LES VOIES BUS/VELOS
  • LES MAILS PIÉTONS/VELOS

 

3 – RENDRE LE BUS PRIORITAIRE PUIS GRATUIT

Le bus doit devenir le mode de transport motorisé prioritaire dans la ville pour une réduction massive des bouchons et de la pollution, et un gain économique pour tous : la voirie, les voitures et les bouchons coûtent en effet beaucoup plus chers que le prix des tickets. 3 priorités :

  • AMÉNAGEMENTS (voie de bus, priorités aux carrefours)
  • HORAIRES (fréquence et soirée)
  • TARIF Comme d’autres villes françaises de droite comme de gauche, il est possible de rendre le bus gratuit. Ce changement peu coûteux (les tickets représentent 15% du coût réel de fonctionnement) reviendrait à 20€/an/habitants sur l’agglomération.

 

4 – UTILISER LES PETITES GARES EXISTANTES ET REALISER ENFIN LE PEM (Pole d’Echanges Multimodale) DE LA GARE

Les TER, gérés par la Région Bretagne, doivent s’arrêter aux gares existantes des communes périphériques en particulier aux heures de pointe, pour éviter l’afflux de voitures en ville.

  • Pluneret, Mériadec et Auray à l’OUEST
  • Saint-Nolff et la Vraie-Croix à L’EST

5 – FINANCER UN ATELIER ASSOCIATIF DU VELO

Un vélo ne coûte pas cher mais nécessite un savoir faire qui s’apprend. Nous proposons que la mairie finance un espace associatif pour les usagers du vélo en ville pour :

  • ROULER en toute prudence (priorités, éclairage, visibilité, protection…)
  • APPRENDRE à réparer et régler un vélo

6 – METTRE EN PLACE DES ARRETS STOP

Utiliser les cameras existantes pour faire des arrêts-stop, en particulier en dehors des heures de bus (soirée et we).